MARCEL RUFO, DOCTEUR EN MÉDECINE ET NEUROLOGIE, SPÉCIALISTE EN PÉDOPSYCHIATRIE, FERVENT MILITANT DE LA SOPHROLOGIE.

"Je suis un prescripteur de la sophrologie, avant une psychothérapie, une évaluation, une hospitalisation ".

Marcel Rufo travaille en collaboration avec le Docteur Natalia Caycédo, neuropsychiatre, fille du Professeur Caycédo, fondateur de la sophrologie dans les années 60.

Connu du grand public tant par ses ouvrages que ses interventions télévisées et radiophoniques.
Il est directeur de l’unité dédiée aux adolescents et jeunes adultes de la Clinique des Trois Cyprès à Marseille.

Dès l’âge de 23 ans Marcel Rufo est spécialisé en neurologie. Affecté par la souffrance des enfants, il se dirige vers la psychiatre et la pédiatrie. Il a été à la tête de plusieurs unités de pédopsychiatrie : l’hôpital de Sainte-Marguerite puis l’Espace Arthur à Marseille, la Maison de Solenn à l’hôpital Cochin à Paris et a créé l’Espace méditerranéen de l’adolescence à l’hôpital Salvator à Marseille. Il est membre émérite de plusieurs comités scientifiques ainsi que du Haut Comité de Santé Publique sur la prise en charge des mineurs en difficulté. Il est auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’enfance et à l’adolescence. Il a été nommé Officier de la Légion d’honneur en 2013.


La SOPHROLOGIE pour  trouver une vie sereine, positive et pleine de sens!


La crise sanitaire a touché durement les enfants et les adolescents, avec, trop souvent, des conséquences dommageables au niveau de la famille, des amitiés, de l’école, influençant négativement leur état de bien-être physique et mental. Les répercussions, encore présentes chez un grand nombre de jeunes, se manifestent par un manque d’attention et de concentration, irritabilité, anxiété, dépression, perte de motivation allant jusqu’au décrochage scolaire, pensées suicidaires, intensification des addictions…

« Le retour au corps est fondamental pour créer une alliance et se réapproprier son corps. Le socle du mieux-être c’est souvent pour moi la sophrologie. L’adhésion des enfants et des parents est quasi totale.
L’avenir de la sophrologie ? Je vois un avenir extraordinaire de prescription. Il y a le socle du vécu en sophrologie, du vécu corporel mais aussi du vécu-soi, de la conscience qui interroge sa conscience et qui ouvre des perspectives anticipatrices. Sophro un jour sophro toujours. Pour les enfants, cela sera utile dans toute leur vie.

La sophrologie peut être un outil dans la pédagogie. Un temps de sophrologie offert par la municipalité pour tous serait un enrichissement extraordinaire pour la population. Il faudrait considérer ça comme une discipline fondamentale d’éducation de soi, d’éducation et de parcours de sa propre vie.
Pour le politique, il faudrait aussi mettre les maires et le personnel politique en sophrologie !

Je plaiderai pour que cela soit une notion fondamentale associée à toutes les autres connaissances, santé, connaissances des mécanismes psychiques de l’enfant et du développement et la sophrologie comme une pratique corporelle et comme initiation d’investissement et d’appropriation de soi. Je dis cela sans aucune réserve et avec beaucoup de militantisme pour cette discipline.
Le retour au corps est fondamental pour créer une alliance et se réapproprier son corps. Le socle du mieux-être c’est souvent pour moi la sophrologie. L’adhésion des enfants et des parents est quasi totale.
L’avenir de la sophrologie ? Je vois un avenir extraordinaire de prescription. Il y a le socle du vécu en sophrologie, du vécu corporel mais aussi du vécu-soi, de la conscience qui interroge sa conscience et qui ouvre des perspectives anticipatrices. Sophro un jour sophro toujours. Pour les enfants, cela sera utile dans toute leur vie.

La sophrologie peut être un outil dans la pédagogie. Un temps de sophrologie offert par la municipalité pour tous serait un enrichissement extraordinaire pour la population. Il faudrait considérer ça comme une discipline fondamentale d’éducation de soi, d’éducation et de parcours de sa propre vie.
Pour le politique, il faudrait aussi mettre les maires et le personnel politique en sophrologie !

Je plaiderai pour que cela soit une notion fondamentale associée à toutes les autres connaissances, santé, connaissances des mécanismes psychiques de l’enfant et du développement et la sophrologie comme une pratique corporelle et comme initiation d’investissement et d’appropriation de soi. Je dis cela sans aucune réserve et avec beaucoup de militantisme pour cette discipline. »